Navigation | III) Les conséquences de la publicité sur les enfants

janvier 2009
L Ma Me J V S D
     
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Recherchez aussi :

Catégories

Catégories

III) Les conséquences de la publicité sur les enfants

 

 

 1. Les conséquences sur la santé des enfants
 

 

Dans la société actuelle même les tout petits sont perçus comme des consommateurs. En effet des études ont pu démontrer que dès leur plus jeune âge, les enfants peuvent reconnaître des marques. A 6 mois un bébé est capable de reconnaître des logos ou des mascottes et à 2 ans on peut déjà parler de fidélité à une marque chez l’enfant. D’ailleurs coca-Cola a déclaré que « Viser les jeunes, c’est assurer l’avenir de la marque ».

De plus les enfants ont de nos jours le pouvoir d’influencer les décisions d’achats importants des parents tels que pour les voitures ou les destinations de voyage. Mais cela n’a pas que des bonnes conséquences.

cocacolalogo5.jpg

En effet, on peut observer un taux d’obésité très élevé chez les jeunes (chiffres). Cela s’explique notamment par le fait que les chaînes de fast-food investissent beaucoup dans la publicité télévisée (3 milliards de dollars sont investis chaque année par les fast-food en publicité télévisée et la majorité de ces pubs sont destinées aux enfants). Aussi une société canadienne de pédiatrie affirme que la majorité des spots diffusés pendant les émissions pour enfants ventent les repas minutes, les boissons gazeuses, les bonbons et autres céréales sucrées, alors que la nourriture saine ne couvre que 4% des publicités télévisées.

Mary Pipher dans son ouvrage The Shelter of Each Other publié en 1997 rend compte de la culture de consommation actuelle et du fait que celle-ci touche même les plus jeunes. En effet, on constate des comportements de narcissisme et d’insatisfaction chez les jeunes enfants. On tend alors vers une forme de surconsommation et ce même chez les plus jeunes.

mcdonaldslogo.jpg

Y-a-t il des solutions à cela?

Il existe déjà des législations dans différents pays qui découlent du fait que les enfants sont des cibles des publicitaires. Par exemple en France une campagne pour lutter contre l’obésité (Manger Bouger) est apparue en 2007. Cela consiste à inciter les enfants à manger au moins 5 fruits et légumes par jour et ni trop gras, ni trop salé, ni trop sucré ainsi que se dépenser dans le but d’être en bonne santé, et on peut voir ses spots à la télé durant les publicités, et aussi il doit, sur chaque publicité concernant la nourriture ou des boissons, y avoir une phrase reprenant les slogans de la campagne « Manger Bouger ». Le Québec et la Suède ont été plus radicaux en interdisant complètement les diffusions de publicités destinées au moins de 12 ans et moins de 13 ans.

On peut aussi penser que si les parents étaient plus stricts quant aux caprices des enfants et aux heures passées devant la télévision cela protégerait les enfants d’effets néfastes de la publicité comme l’obésité par exemple.

label28b82c.jpg

 

 

Par tpe1es1media1es1indp le 17 janvier, 2009 dans Non classé

  1. PEUT-ETRE COMPRENDRA-T-ON MIEUX LES ENFANTS

    violents, drogués ou délinquants – sans les enfermer – quand on analysera l’attitude et l’exemple journalier qu’offrent les générations adultes de nombreuses familles, par des querelles et conflits qui divisent parfois jusqu’à la haine, l’enfermement et la perte des racines.

    Documents gratuits : solitude, maltraitances, séquestrations diverses :

    APIA asbl 13 rue des Eglantiers 4460 GRACE-HOLLOGNE Tél.04 250 43 31 http://www.apia-senior.be

    Commentaire by Balsaux — 18 janvier, 2009 @ 12:33

Laisser un commentaire

Think Tank Populaire |
les Couêts Bouguenais |
Coaching paroles et textes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | d-branches
| molossewaf
| Berloul Mania 3